LA GESTION DU TEMPS : COMMENT UTILISER LA LOI DE PARKINSON ?


Dans mon article intitulé : 8 conseils pour être à l’heure publié le 15 Février  dernier, je donnais quelques conseils pour vous aider à mieux vous organiser afin d’éviter les retards que vous prenez sur vos heures de réunions, de travail, de voyage et qui sont souvent causes de grands préjudices. Dans le présent billet, je voudrais vous montrer encore quelques astuces basées cette fois sur une loi devenue célèbre parmi les principes de la gestion du temps. Il s’agit de la loi de Parkinson (à ne pas confondre avec  James Parkinson, (1755-1824), médecin généraliste anglais à qui l’on doit la description de la maladie qui porte aujourd’hui son nom).

Cyril Northcote Parkinson, historien chercheur britannique est né en 1909 et mort en 1993. Il a travaillé des années durant, sur le développement du nombre de fonctionnaires dans l’administration publique anglaise et a énoncé une loi qui est aujourd’hui utilisée par de nombreux leaders dans la gestion du temps et dans l’organisation du travail au sein de  leur entreprises.

Je voudrais ici partager avec vous les domaines d’application de cette loi sur lesquels je me suis instruit et ceux que j’ai trouvés moi-même, ce qui m’a permis de m’améliorer dans mon travail quotidien.

L’énoncé de la loi

Cette loi stipule que Le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement. Autrement dit, le temps d’exécution d’un travail s’adapte au temps alloué à ce travail. Selon cette loi en effet, si vous pouviez faire une activité en deux heures et que vous décidez de la faire en quatre heures, vous la ferez en quatre heures effectivement. Le travail se dilatera jusqu’à occuper les quatre heures.

En quoi la loi de Parkinson vous permettra-t-elle de gérer le temps ?

Voici ma manière de voir la question.

Comment appliquer la loi de Parkinson pour gagner du temps tout en travaillant efficacement ?

1- Fixez-vous des objectifs partiels.

Vous voulez peut-être une belle montre qui va avec votre personnalité ! Cliquez ici.

Si vous avez un objectif à atteindre, divisez-le en objectifs partiels. Allouez à ces objectifs partiels le temps le plus court possible. Il n’est pas question de vous astreindre à exécuter le travail trop vite. Il faut trouver le temps nécessaire tout en étant honnête avec vous-mêmes au risque de vous surmener. Mais sachez que plus on a du temps pour une activité, plus on prendra du temps pour la faire, selon cette loi et c’est une réalité que nous constatons tous. Jetez toujours un oeil sur la montre.

Pour une bonne qualité du travail, il ne faut pas non plus le faire dans la précipitation. Si vous travaillez sans objectif partiel, vous ne pourrez pas évaluer le niveau d’achèvement de ce travail, c’est-à-dire, le pourcentage d’exécution. Vous vous direz toujours : « J’ai encore du temps. » jusqu’à ce que le temps disponible s’épuise et c’est généralement vers la fin de ce temps que l’on se presse pour terminer la tâche. De cette manière, évidemment, vous ne pouvez pas finir avant le délai imparti.

comment connaître le temps le plus court, nécessaire à la réalisation d’un travail ?

Il faut s’essayer.

Si je décide de faire un rapport de réunion en trente minutes, je me concentrerai plus sur le travail en évitant au maximum la distraction. Je trouverai au fur et à mesure que je le fais, des stratégies pour y arriver. Dans sa vidéo Créer votre livre en 5 jours, Théophile Eliet dévoile une stratégie qui me semble efficace pour écrire un livre dans un temps record : à savoir, écrire sans se préoccuper des fautes ni de la mise en forme ni de la mise en page et de ne s’occuper de ces aspects qu’après avoir terminé l’écriture. Vous pouvez appliquer cette formule à l’écriture de votre rapport. Cette stratégie m’a rendu un peu plus efficace et plus rapide dans l’écriture de mes articles de blog et j’en remercie Théophile Eliet.

2- Ne suivez pas deux lièvres à la fois.

Lorsque vous réalisez une tâche, accordez-lui le plus d’attention possible. En vous dispersant, vous risquez de reprendre un travail déjà terminé, ce qui allongera son temps d’exécution. Il peut arriver que vous soyez obligés de reprendre une saisie après avoir déjà imprimé la page parce que vous avez découvert une faute grave. Vous pouvez éviter de tels désagréments en travaillant avec une attention soutenue. Vous disant toujours que vous avez le temps, vous risquez d’introduire dans le temps du travail d’autres activités qui n’ont rien à voir avec. Je l’ai déjà relevé dans mon article sur Facebook, les réseaux sociaux sont de véritables « bouffeurs » de temps. Gérez votre temps de navigation. Vous n’êtes pas obligés de voir, ni de commenter toutes les photos sur Facebook. Vous n’êtes pas obligés non plus de publier votre image sur Facebook chaque jour. Il y a un temps pour le travail et un temps pour les causeries. On se permet tout cela lorsque l’on n’a pas de contrainte de temps.

3- Adaptez la loi de Parkinson à l’activité que vous pratiquez.

Quel que soit le type d’occupation que vous avez, la loi de Parkinson peut vous aider à gérer votre temps. Bornez votre activité. Vous serez plus efficaces et gagnerez du temps. A moins que gagner du temps n’ait pas d’importance pour vous. Pourtant ça l’est ! Lisez mon article : 8 conseils pour être à l’heure . Celui qui a dit « Le temps c’est de l’argent » n’a pas tort à mon sens et il a même raison à plus d’un titre.

Mon grand frère Bio Késsé était très efficace dans son travail agricole. Il se levait tôt le matin, se fixait un objectif. Pour la journée, il pouvait nous dire par exemple : « Aujourd’hui, nous allons nettoyer la plantation jusqu’au palmier là-bas ». Et lorsque nous arrivions à ce palmier, il remerciait tous les travailleurs et arrêtait le travail. Nous rentrions au village souvent pendant que le soleil était encore haut dans le ciel. Mais la parcelle nettoyée était souvent supérieure à celle nettoyée par un nombre plus important de personnes qui auraient travaillé toute la journée et qui seraient rentrées tard au village. En effet, l’objectif fixé au départ était une source de motivation pour nous tous et chacun était pressé qu’on l’atteigne pour rentrer se reposer au village. Nous travaillions donc plus que s’il n’y avait pas d’objectif partiel à atteindre. Et il était surtout honnête avec nous, bien que nous fussions ses petits frères et qu’il pût ne pas respecter sa parole et nous faire travailler au-delà de l’objectif atteint. Ce facteur honnêteté est très important dans la pratique de la loi de Parkinson surtout pour les chefs d’entreprise. Offrez un peu de repos à vos travailleurs dès qu’un objectif est atteint. Ce sera une source de motivation. Mon grand frère l’a appliquée à son travail de champ. La loi de Parkinson peut donc s’appliquer partout. Apprenez auprès de ceux qui réussissent dans un domaine, vous réussirez vous aussi.

Vous serez par exemple plus efficaces dans vos réunions si vous les balisez : Fixez la durée de la réunion en fonction de l’ordre du jour et n’élaborez pas un ordre du jour trop long. Traitez quelques points et traitez-les très bien en un temps raisonnable et vous serez heureux à la fin de la réunion, de n’avoir pas passé du temps inutilement. Préparez la réunion à l’avance. Que chacun prépare correctement son intervention. Evitez aussi de parler de sujets qui ne sont pas à l’ordre du jour. La conséquence directe de la loi de Parkinson à mon sens, est qu’elle attire notre attention sur le fait qu’il faut aller à l’essentiel et donc éliminer au maximum le superflu dans le travail.

pour en savoir plus sur la loi de Parkinson, vous pouvez lire cet ouvrage et bien d’autres. Cliquez ici pour l’acheter.

Dans votre commentaire, dites-moi comment vous pratiquez la loi de Parkinson si vous la connaissez déjà ou à la lecture de cet article, quelles idées cela vous donne au sujet de la manière de pratiquer et des domaines d’application de la loi de Parkinson.

N’oubliez pas surtout de vous abonner.

Offrez des vacances studieuses à vos enfants en vous inscrivant aux cours de vacances gratuits sur ce site. Cliquez ici.

Une réflexion au sujet de « LA GESTION DU TEMPS : COMMENT UTILISER LA LOI DE PARKINSON ? »

  1. Je vous remercie infiniment pour ce bel article sur la loi de parkinston. Je dirai insidieusement la plupart des grands hommes pratique cette loi sans s’en rendre compte. Moi, je la pratique tous les jours quelque soit le travail à faire au point mon entourage me trouve toujours trop dur, trop rigoureux etc. C’est de cela que viennent peut être ma chance. La réussite demande beaucoup d’organisation et des objectifs sous-classés en sous-objectifs. On ne peut pas suivre 2 lièvres à la fois. Certainement que cela me vient de mon père qui a été très précis, clair et honnête dans sa vie. Quand, il te dit quelques choses, il le fait et le plutôt possible. Le problème du monde actuel est basé sur la quantité de superflus à gérer par jour, au point où finalement, il est difficile de faire le tirer en ce qui est nécessaire, indispensable, obligatoire, prioritaire, urgent et accessoire. Tous ces qualificatifs ont vraiment un sens quand tu veux atteindre un niveau de vie. La plupart de ceux qui réussissent sont très efficaces et souvent donnent l’impression d’être paresseux parce qu’ils arrivent à faire leur travail dans un temps précis. Il arrive même qu’on les taxe de sorciers ou de se doter d’un pouvoir magique. Ce n’est pas toujours le cas. A L’INP mes amis m’avait surnommé la « rigueur ». Ils me disaient souvent que ma rigueur frisait la méchanceté. En réalité, ce n’était de la méchanceté, mais c’est juste que j’étais déjà tout petit « formaté » d’un moule de sérieux, d’organisation, pas de superflus etc. Je remercie mon père qui m’a partagé son idéal de réussite et qui me sert jusqu’aujourd’hui.
    Que Dieu vous bénisse…

Laisser un commentaire